Tél. : 04 95 55 18 18 - Fax : 04 95 32 70 51
  • Bastia
  • Furiani
  • San Martino di Lota
  • Santa Maria di Lota
  • Ville di Pietrabugno

marchés publics

appels à la concurrence

Procédure adaptée

Compétence GEMAPI : Etude de préfiguration sur le territoire de la Communauté d'Agglomération de Bastia

Remise avant le 31/07/2017 à 12h

Voir tous les appels+

marchés attribués

Attribution

Marché de travaux concernant la stèle dédiée aux victime de Furiani du 05 Mai 1992

Voir toutes les attributions+

Procédures infructueuses

Procédures infructueuses

Prestation de service de lavage et désinfection de conteneurs de déchets ménagers, de tri sélectif e de bornes de tri sélectif.

Voir toutes les procédures+

Classement sans suite

Classement sans suite

Levée de réserves électriques des 21 structures communautaire

Voir toutes les procédures+

C.A.B. sur Facebook

:: flash info

Dispositif ITI

La CAB est engagée dans la mise en œuvre d’un plan d’actions dans le cadre des Investissements Territoriaux Intégrés (ITI).

Lire la suitemore-button-bg

localisation

Réhabilitation du site de Teghime

1. La nature a repris ses droits

L'Agglo a mené à bien son projet de réhabilitation écologique pour contribuer à la qualité environnementale de son territoire et de la Corse.

 

La verdure de retour

 

2. De la décharge à la réhabilitation

1953  : ouverture de la décharge

Les premiers déchets  ont été déposés au début des années 1950. Nul ne se préoccupait alors de l’impact écologique ou paysager du dépôt de déchets dans la nature (pas même l’Etat ou la communauté scientifique) Un rapport du Sénat a révélé qu’en France, 80 % des décharges n’avaient jamais été autorisées.

L’essentiel pour les décideurs et les habitants était alors d’éloigner les déchets du centre des cités. Les critères de propreté, de confort olfactif et de santé publique étaient les seuls pris en compte. De plus, il subsistait la conviction que la nature était éternelle et en mesure de tout recevoir et transformer. Enfin, la rareté des biens de consommation faisait que les volumes de déchets ménagers étaient relativement modestes.

Au fil des ans, l’évolution des mentalités, des normes plus strictes et la perception des nuisances ont provoqué de l’inquiétude et du rejet. La prise de conscience environnementale a fait le reste. La décharge de Teghime n’a plus été considérée comme une commodité mais comme une « verrue » et un danger.

 

1997 : fermeture de la décharge

Le District de Bastia a d’abord rationalisé la gestion des lieux (gardiennage, clôture, compactage, terrassement...) Au début des années 2000, une digue a été édifiée en aval de la zone de déversement afin de stabiliser les masses de déchets et de limiter les écoulements de lixiviats (liquides produits par la fermentation et la décomposition des déchets).

Le District a fermé la décharge de Teghime en septembre 1997, cinq ans avant la date limite de fermeture des décharges de ce type qui recevaient les déchets non traités (loi du 13 juillet 1992). Depuis, les déchets collectés sont transportés au Centre d'Enfouissement Technique de Tallone) où ils sont enfouis selon les normes fixées par l’Union Européenne. En 2002, alors que la décharge de Teghime était fermée depuis cinq ans et que les décharges non autorisées auraient du l’être, il en restait 45 ouvertes en Corse.

 

1999 / 2008 : projet finalisé, recherche des financement 

En 1999, après des études préparatoires portant en particulier sur la stabilité et la composition des sols, le District a commandé une étude au groupement GESTER / CASTEX. Elle a été réalisée selon la Guide méthodologique de l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie). Toutes les problématiques écologique et paysagère ont été prises en compte

L’étude a réalisé : un historique (mode d’exploitation dans le temps de l’ancienne décharge ; nature, géométrie et volume des dépôts) ; un diagnostic environnemental (à partir de visites du site, de photos aériennes, de sondages et d’analyses) ; une analyse des risques. Ces données ont permis d’établir une stratégie d’intervention.

Fin 2002, le District de Bastia est devenue la CAB. A l’issue d’un appel d’offres fondé sur l’étude GESTER / CASTEX et dont le cahier des charges avait été établi par la DDAF (mission d’assistance à maître d’ouvrage), la SOGREAH a été retenue pour assurer la maîtrise d’œuvre. Parallèlement, la CAB a entrepris des démarches visant à réunir des financements.

 

2009 : 5 383 000 € de travaux

Une fois le projet final validé, un appel d’offres a permis de retenir les prestataires. La qualité du dossier défendu par la CAB a déterminé une éligibilité au PEI garantissant un financement Etat / Collectivité Territoriale de Corse (90%), le restant étant à la charge de la CAB (10 %). Les travaux ont débuté en décembre 2008. Ils ont coûté  5 383 000 €. 

 

3. Les étapes de la réhabilitation

Le site de Teghime (environ 8 ha) a reçu 1,5 millions de m 3 de déchets. Le volume résiduel a été évalué à 620 000 m 3 (équivalent de 12 années de rejets d’aujourd’hui). Un tel volume ne pouvait être enlevé (aucune structure agréée n’aurait pu les recevoir). Il a fallu opter pour une solution fondée sur un traitement écologique et paysager de l’existant.

 

Neutralisation des biogaz. Leur captage n'a pas nécessité le recours à des torchères, la décharge s’est elle-même « purgée ».

 

Remodelage et couverture du sol. 150 000 m3 de sol ont été restructurés sur site et 20 000 m3 de terre agileuse ont été épandus pour réduire la pénétration des eaux et éviter les phénomènes de percolation.

 

Remodelage du sol

 

 Apport de terre argileuse

 

Drainage. Le détournement des eaux de pluie a été réalisé en amont du site pour éviter le ruissellement. Pour ce faire, il a été réalisé des fossés et des bassin de récupération. Les eaux sont rejetées dans le milieu ambiant si les analyses s’avèrent conformes aux normes, sinon elles sont traitées en station d’épuration). En cas de présence de lixiviats (éléments liquides résultant de la décomposition de déchets), ceux-ci sont retenus dans un bassin aval puis transportés pour traitement jusqu'à la station d’épuration Sud.

 

Fossé de récupération des eaux 

 

Bassins de récupération des eaux

 

Action paysagère. Après une préparation du sol (apport de terre végétale), il  a été réalisé un couvert végétal adaptés aux conditions géologiques et météorologiques difficiles du site. 

 

Ensemencement et plantations 

 

Couvert végétal